Yakuza 6

Yakuza 6 dans Jeux Vidéos yakuza-6-ps4-jp-238x300

J’ai longtemps pensé avoir fait cet article et je suis surpris de réaliser que non.

Dans ma quête existentielle (je rigole) à m’intéresser à l’Asie et à sa culture, j’ai rencontré deux types de personnages particulièrement intéressants : les samouraïs et les yakuzas.

Pourquoi les yakuzas, ces rebuts de la société faisant parti de la pègre me demanderez vous ? Rebut de la société, je ne sais pas. Faisant partis de la pègre, ça c’est clair c’est un fait avéré. Tout simplement car comme les samouraïs ils ont un code de l’honneur très élevé. Une bonne référence à leurs principes est sans conteste le film « The Outsider » ou un gaijin (mot peu respectueux pour définir un étranger) intègre une famille de yakuzas. Car oui, pour eux un clan c’est une famille avec un patriarche et des frères et sœurs (donc les étrangers ne sont pas les biens venus au passage).

Bref je ne vais pas parler continuellement de ce que sont les yakuzas, revenons à nos mouton et en l’occurrence au jeu du même nom : Yakuza.

 

La série des Yakuza est de très loin (avec la série Samurai) celle que je suis avec un fanatisme baveux. Cette série raconte l’histoire de Kazuya Kiryu plus communément nommé – et respecté ainsi : le Dragon de Dojima (Son nom est d’ailleur un clin d’oeil : le Ki est une énergie parcourant le corps, ryu signifie dragon donc le nom pourrait faire référence à l’énergie du dragon). D’ailleurs à chaque fois qu’il va se « fritter » contre un dangereux adversaire, il enlève son haut de corps et son tatouage dans le dos représente un dragon.

 

Kiryu est donc certes un yakuza, mais un yakuza avec honneur qui se bat pour la veuve et l’orphelin , qui ne tue pas ses adversaires et qui n’utilise pas (ou rarement) d’armes à feu. Quand on sait qu’il a réussi à atteindre un très haut poste parmi les yakuzas du Kanto – il a été le 6ème patriarche du clan Tojo (le plus grand du Kanto et dont le siège est dans un quartier fictif de Tokyo) – et ce qu’en utilisant la force de ses points ça force le respect.

Autour de lui gravite différents personnages autant yakuzas que policiers ou tout bonnement des gens normaux. Dans cet opus on suivra donc majoritairement les aventures de Kiryu et de sa fille adoptive Haruka.

Kiryu décide de sortir définitivement des yakuzas pour pouvoir gérer l’orphelinat qu’il possède (lui même étant orphelin). Pour ce faire il n’a d’autre choix (suite aux événements du 5ème opus) que d’aller en prison pendant 3 ans. C’est pendant cette période qu’Haruka va disparaître (ne supportant plus les commérages sur son père adoptif et voulant faire le point sur ce qu’elle doit faire pour l’aider lui et ses frères et sœurs de l’orphelinat contre les rumeurs).

Et l’histoire de cet opus commence vraiment à partir du moment où Kiryu sort de prison et apprend qu’Haruka est à l’hôpital à cause d’un délit de fuite. Il fera tout pour connaître les responsables et leur faire payer. Mais voilà, Haruka n’était pas seule, avec elle il y avait un bébé. Son bébé ? Et si oui qui est le père ? Le voyage de Kiryu pour répondre à ces questions ne fait que commencer.

 

Ce que j’aime particulièrement dans cette série c’est l’histoire qui reste compartimentée, sombre et souvent sinistre. Ici par exemple elle tourne autour d’Haruka, d’un secret gardé jalousement et de Triades (pègres Chinoise) et pègre Coréenne – en plus des clans Yakuzas. Je pense que de tous les jeux de cette série, celui ci est le plus abouti et la fin est magnifique.

Les personnages autant protagonistes qu’antagonistes sont tous très bien pensés. Par exemple les « méchants » de l’histoire restent humains – même si certains n’ont rien à faire dans les yakuzas de par leur manque évident d’honneur.

Évidemment quand on parle de Yakuza on parle aussi de combats de rue avec des voyous ou d’autres yakuzas, de mini jeux (autant les habituels avec les stands de baseball, de fléchettes, les arcades, les dragues ; que les nouveaux comme diriger une équipe de baseball, faire du culturisme, de la gestion d’un clan de « yakuza » pour lutter contre un autre clan et d’autres encore que je n’ai pas détaillé).

Le principe d’amélioration du personnage est bien pensé, c’est à dire que chaque actions de quête principale, secondaires, combats, amusements et restaurations permettent d’obtenir des points de compétence dont le but est d’améliorer le personnage. Sans mentir mon personnage était presque à 100% de ses compétences à la fin mais j’ai arrêté car à force de l’augmenter au chapitre 2 (sur 13 au total) ça devenait un peu rébarbatif – et je voulais connaître l’histoire.

En toute franchise j’ai beaucoup apprécié cet opus où SEGA démontre encore une fois qu’en terme de jeu ils sont capable d’en faire des particulièrement intéressants.

 

Laisser un commentaire

Học Nghề Đầu Bếp Ở TPHCM |
COMITE D'ENTREPRISE DU... |
Lesjoncheries |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SMS MultiServices
| Unredider
| ÉLUCUBRATION JOURNALIÈRE